Un service SaaS qui a du mal à ternir la charge

Nouvel article dans la série : surveillance des réseaux et services

Vous avez choisi de basculer vers une messagerie en mode SaaS. L’offre commerciale était alléchante et les performances bonnes lors de la phase de sourcing. Les mois passent avec les déploiements au siège puis sur site distants. Et les utilisateurs commencent à se plaindre. Le service est « lent », avec rapport de « déconnexion ».

Les sites distants étant les plus bruyants à se plaindre, le réseau est le premier accusé. Pas facile de faire le point.

140425_load-webmail

Graphiques en main, le constat devient plus clair : les autres trafics ne connaissent pas de ralentissements de même nature. Mais ce service est effectivement lent.

Explication : l’offre a rencontré un certain succès et le fournisseur a accumulé les utilisateurs sur les mêmes clusters. Si les performances (ici mesurées depuis le siège) sont excellentes la nuit ( !), dès que les utilisateurs se connectent en nombre, les temps de réponse se détériorent. Il est temps d’avoir une discussion avec le fournisseur.