Revue de l’actualité Télécom, IT & Lean

Tout d’abord meilleurs voeux pour 2014 à tous les professionnels des Réseaux & Télécoms.

La trêve des confiseurs offrent de nombreuses opportunités de lectures. Ce billet est donc particulièrement fourni :

Perspectives et prospectives

Lire la suite

Revue de l’actualité Télécom, IT & Lean

Mobilité

Video-communications

De la fiabilité au capacity planning

Lean IT

« Nouvelles » technos

Consolidation

  • Mitel s’offre Aastra : on attend de voir la fusion des gammes de postes et de serveurs d’appels)
  • Dimension Data reprend NextiraOne : « Le seconde tranche, qui concerne les entités française et italienne (environ 40% du chiffre d’affaires du groupe), est quant à elle  sujette à la réalisation de certains objectifs dans un futur proche »

Sécurité

Nostalgie

Revue de l’actualité Telecom, IT & Lean

Mobile

Les réseaux publics cellulaires débutent leur migration vers la 4G et se déploient dans les transports en commun. Cette évolution technologique ouvre la voie à des usages de type visio en temps réel avec de nouvelles start-up. Setec IS accompagne des projets centrés autour de la maintenance industrielle notamment.

Les équipements audio/video des mobiles permettent aussi d’envisager d’autres méthodes que les manuels d’utilisateurs.

Routing

Première utilisation de Multipath TCP (par Apple) pour gérer des connexions multiples WiFi et 3G. Des idées circulent pour l’usage dans les Datacenters et éviter le recours à des load balancer, etc.

Cloud

La faillite de certains pionniers incitera-t-elle à une approche raisonnée de l’hébergement des données ?

VDSL et FttX

Un constat établi pour l’Australie qui va comme un gant à la France. A méditer en se remémorant notre billet vieux d’un an tandis que Free annonce la compatibilité de ses DSLAM et box. Les entreprises en bénéficieront-elles ? Orange prépare-t-il un plan B avant de se rendre compte que le pied d’immeuble est le point de jonction évident pour les immeubles collectifs ?

WiFi

Les appareils Apple compatibles avec iOS 7 gagnent la fonction Hotspot 2.0 comme le Samsung Galaxy S4. Si un réseau Guest WiFi est dans vos projets ou votre domaine de responsabilité, pensez à en profiter pour faciliter la vie de vos utilisateurs ou clients.

Internet of Things

Pendant que des naïfs ressuscitent des rêves de domotique déjà faits dans les années 1980, le « progrès » apporte des couleurs, la météo ou le bien-être aux plantes ou bien encore des pratiques bizarres.

Lean

En spécialiste de la continuité des opérations, Eiji Toyoda, tête pensante du système Toyota, est mort à 100 ans.

PS : Cocorico maison

Le tunnel sous la Manche élu ouvrage du siècle par la Fédération Internationale des Ingénieurs Conseil

 

2013 : l’année des projets mobilité ?

En janvier, nous avions fait un bilan de l’année 2012, avec les projets pour les très grandes entreprises ainsi qu’un focus sur les projets innovants. Nous nous risquons maintenant à quelques prospectives de 2013.

Un constat : la maturité des terminaux

Au dernier trimestre de 2012, mon « vieux » iPhone 3GS a perdu ses boutons. D’abord celui dédié à la fonction marche/arrêt puis celui du volume. Même si par ailleurs il fonctionnait correctement, je l’ai remplacé par un iPhone 5 sorti quelques semaines auparavant.

Fait remarquable : je n’ai pratiquement pas vu la différence entre les deux smartphones.  Certes la résolution de l’écran est bien meilleure, tout comme les capteurs photo/video. Mais le 3GS avait suivi les versions d’iOS jusqu’à la 6 et hors Siri (j’ai l’impression de ne pas être le seul à ne pas l’utiliser !), il était à peu près capable de faire tout ce que fait son descendant de 3 générations – au pire un peu moins vite, mais rien de flagrant.

Les détracteurs de la marque à la pomme peuvent y voir une incapacité à proposer de nouvelles fonctionnalités depuis la mort de Steve Jobs. J’en conclus surtout que les smartphones ont atteint l’âge de la maturité, comme Windows avec XP.

Une tablette Nexus 7 permet d’affirmer sur la base de l’expérience personnelle que le constat de maturité s’étend du côté Androïd.

Cette référence à la version de Windows qui ne sera plus supportée l’année prochaine (votre entreprise est-elle prête ?) nous rappelle que c’est à ce stade du développement des technologies que les grandes entreprises commencent à la fois à investir en masse et à rationaliser, parce qu’une offre de produits / services stable est un facteur rassurant et nécessaire pour des plans pluriannuels.

Quelles conséquences concrètes ?

A minima, les entreprises font le constat que les smartphones font durablement partie de leur SI. Cela se traduit par un souhait de mettre en place des politiques de gestion : qui en est doté, quels modèles standardiser, comment gérer le support et le renouvellement, comment assurer le suivi des coûts…). Au passage, nous remarquons une focalisation parfois excessive sur certains éléments de cette gestion comme le wipe out. D’une part, avant d’acheter un outil MDM, cela peut souvent être réalisé avec un outil existant (Exchange ActiveSync, portail opérateur) ; d’autres part, si la sécurité est un enjeu, il ne faut pas oublier d’inclure les laptops dans le périmètre de réflexion.

Après les terminaux, le deuxième type de projets concerne les infrastructures, et le besoin de vraiment supporter la mobilité des terminaux (smartphones mais également et encore une fois laptops) dans les entreprises multi-sites. Les managers supportent de moins en moins d’être ramenés au niveau d’un visiteur extérieur quand ils ne sont pas sur leur site quotidien, avec comme seul service, la téléphonie GSM et la 3G de mauvaise qualité.

En 2013, nous sommes déjà impliqués et mandatés pour obtenir enfin cette mobilité de façon « simple », malgré des environnements complexes (LAN sécurisés par 802.1x, couverture WiFi avec accès nomades sécurisés par VPN avec authentification forte, couverture 3G indoor complémentaire, etc.) .

Troisième conséquence de cette maturité des terminaux mobiles, la création d’applications qui leur soient spécifiquement destinées, applications natives ou plus souvent applications web avec responsive design. Comme les formats physiques se standardisent, il devient plus évident que les usages se segmentent en fonction des contextes. Par exemple, dans un ENT, sur un mobile, la fonction la plus fréquente sera de regarder l’emploi du temps et le cahier de texte. Une tablette 7″ ou 10″ sera beaucoup plus utilisée pour la lecture de documents plus longs, manuels ou bibliothèque de contenu multimedia, photos et videos.

Et au-delà ?

Extrait de la panoplie de terminaux tactiles d'une famille de 4 personnes : par taille décroissante Slate, iPad, iPad mini, un Nexus 7

Ma conviction est que l’avenir à long terme est multi-terminal, avec l’abaissement des coûts de fabrication permis par la loi de Moore. Pour que cette vision prenne corps, il faut cependant que les coûts indirects, la charge de gestion suivent  la même pente, par les mêmes facteurs d’industrialisation. C’est un enjeu majeur – nous y reviendrons donc – mais qui ne se traitera pas par un simple projet en 2013.

 

Recomposition du paysage du Wi-Fi

Le sourcing faisant totalement partie de notre métier de conseil indépendant, nous observons les acteurs du marché qui se distinguent par une approche originale, même lorsqu’ils ne sont pas encore très présents en France.

Apparemment nous ne sommes pas les seuls.

Meraki: We’re joining Cisco!

Le Wi-Fi est un domaine en mutation en raison des exigences du BYOD. Si Cisco a saisi le premier les expertises de Meraki sur les contrôleurs externalisés et la gestion des « invités », qui reprendra le flambeau de challenger ou s’appropriera les technologies de Aerohive, de Ruckus…?

Les paradoxes des usages : Kano et le Sénat

La semaine dernière, le cahier des charges d’un marché public du Sénat est passé sur mon bureau. On pouvait classer la mission comme audit et de schéma  directeur de la DSI mais mon objectif dans ces quelques paragraphes est d’illustrer un des paradoxes des usages.

Dans l’historique, le document fait en effet état de la couverture WiFi. On y apprend que le Sénat est équipé d’une cinquantaine de bornes. Les statistiques d’utilisation (c’est bien qu’elles existent), en salles de réunion principalement, montrent qu’il y a quotidiennement une cinquantaine d’utilisateurs. Plus loin, le document mentionne que des Sénateurs réclament une extension de la couverture WiFi pour pouvoir utiliser des tablettes. Sans que cela soit explicitement dit, on sent la perplexité devant un investissement supplémentaire alors que l’usage moyen actuel est de 1 utilisateur / borne.

L’interrogation face à ce paradoxe est particulièrement sensible au sein d’une population d’ingénieurs ayant  une approche très rationnelle : l’usage et la satisfaction des utilisateurs devraient être proportionnels aux performances d’un système, n’est-ce pas ?

Source image Wikipedia

En fait, c’est loin d’être systématiquement le cas. Dans les années 80, le professeur Kano (Japon) avait déjà modélisé une matrice satisfaction-performance. Il avait montré qu’il y avait au moins 3 courbes typiques d’usages. La courbe bleue correspond au cas rationnel. Mais beaucoup de fonctions s’inscrivent sur la courbe verte, de besoins basiques, tandis que certaines arrivent à déclencher une croissance rapide des usages (courbe rouge) à partir du moment où un certain niveau de performance est atteint.

Il faut faire très attention au fait que deux utilisateurs d’un même moyen technique ne correspondent pas forcément aux même usages. Nous connaissons tous des personnes qui n’utilisent leur mobile que comme moyen de sécurité : appeler ou être appelé en cas d’urgence. Nous connaissons aussi des adolescents qui consomment jusqu’à plus soif leurs forfaits data illimité pour chatter sur Facebook.

Dans le cas du Sénat, il faut remarquer que nous pouvons très bien avoir  une appropriation actuelle sur la courbe verte pour les accès WiFi depuis les salles de réunion (le WiFi prolonge les accès filaires RJ45 pour accéder via un PC portable à des documents de l’Intranet), alors qu’une couverture complète du bâtiment en WiFi viendrait compléter la 3G pour permettre des recherches impromptues sur Wikipédia, des échanges via Twitter (les hommes politiques ont tous leurs flux maintenant…).

Pour finir de tourmenter les esprits rationnels, notons qu’il est difficile d’évaluer le ratio d’utilisateur / borne sans cadre de références. En effet, si Orange faisait une statistique équivalente sur un échantillon de plusieurs milliers de Livebox, on arriverait sans doute à un chiffre voisin. Pourtant personne ne dira, et sans doute pas Orange, que le WiFi sur les box est un échec !

Engineering Windows 8 for mobile networks – MSDN

Engineering Windows 8 for mobile networks – MSDN 

This means you can reconnect your PC to a Wi-Fi network from standby in about a second –oftentimes before your display is even ready.

Voilà qui nous remplit de satisfaction pour nous être battus sur des projets concrets pour assurer la rapidité de reconnexion, côté Réseau : la rapidité fait partie de l’expérience utilisateur.

Vendors Lie Surprise, Surprise

Facing Wi-Fi Reality: Vendors Lie Surprise, Surprise – The Ruckus Room

In the age-old battle for one ups-man-ship, vendors continue to mislead potential buyers with theoretical speeds that look good on boxes and data sheets but are never experienced by expectant customers.

Ce n’est pas nous qui le disons mais un équipementier. Il s’en suit une discussion technique sur les multiples raisons qui feront que les utilisateurs ne verront pas les 450 Mb/s annoncés avec 802.11ac sur leurs connexions WiFi.

Nous ajouterons à cet article qu’il ne faut pas non plus sous-estimer la deuxième source d’écart entre les performances théoriques et la réalité : une technologie moyenne parfaitement mise en oeuvre est parfois supérieure à une technologie au potentiel supérieur mais mal implémentée.

C’est la raison pour laquelle Setec IS attribue tant d’importance aux partages et retours d’expériences.

 

 

Des hotspots WiFi plus nombreux et plus accessibles

Dans nos missions de schémas directeurs d’infrastructures IT, nous insistons régulièrement auprès des entreprises pour qu’elles se dotent de réseaux WiFi de qualité, si elles n’en ont pas déjà. Les smartphones, tablettes ou ultrabooks se multiplient et cela implique d’y associer un réseau sans fil, pour répondre aux usages de mobilité, aux besoins de performances, sans repartir dans une nouvelle augmentation des coûts versés aux opérateurs cellulaires.

Comme le prouve cette annonce, ces opérateurs ont aussi les mêmes soucis et développent des moyens d’utiliser le WiFi pour décharger leurs réseaux.

La WiFi Alliance veut faciliter l’accès aux hostpots. -Le Monde Informatique

Sur un registre plus technique, une infrastructure WiFi de qualité demande des connaissances approfondies si on veut garantir le roaming rapide entre cellules, par exemple pour la VoWiFi (message privé et mention spéciale au candidat croisé au Forum des Télécommunications qui nous a expliqué qu’il « suffit » d’activer WPA-Entreprise avec 802.1x pour répondre à tous les besoins)

Wi-Fi Roaming Analysis (Part 2 – Roaming Complexity).