Le Projet


Cap Tamarin, premier projet de Smart City (Eco-quartier) à Maurice, est un projet urbain innovant et ambitieux, qui verra le jour à Tamarin, dans l’ouest de l’Île.
En octobre 2016, porté par le groupe Trimetys (groupe familial local spécialisé dans l’agroalimentaire, l’immobilier, le tourisme, les loisirs et l’éducation), Cap Tamarin a obtenu son Certificat de labellisation « Smart City » devenant ainsi le premier projet labélisé Smart City de Maurice.
Situé sur la commune de Tamarin, dans l’ouest de l’Île, ce projet est prévu sur une surface totale d’environ 40 hectares, se donne pour objectif de répondre aux enjeux de croissance durable de l’Île. Se basant sur une philosophie de « Work, Live, Play », le projet est élaboré en prenant en compte les aspects environnementaux, sociaux et économiques du territoire afin de proposer un lieu de « vivre ensemble ».

40 hectares
1 200+ logements
4 000+ habitants

Les Challenges


  • Allier les différents métiers du Groupe setec autour d’un seul et même objectif : construire un Eco-quartier innovant, en prenant en compte le contexte local Mauricien.
  • Etudier le champ des possibles dans le domaine des services numériques et établir des scénarios technico-économiques.
  • Etudier la mise en place d’une boucle locale optique fiable, évolutive et pérenne, en capitalisant les travaux de génie civil avec les autres réseaux secs (électricité etc.).

Les Missions


Trimetys, promoteur mauricien à la recherche d’un partenaire déjà  doté de solides références, a confié au Groupe setec une mission complète d’assistance à la maîtrise d’ouvrage pour la construction de la smart city Cap Tamarin. setec is intervient dans le cadre de la partie « Télécommunications et numérique ».
Une première phase de diagnostic, initiée à l’été 2016, a permis de prendre connaissance du contexte Mauricien (opérateurs présents dans la zone, autorités de réglementation des Télécommunications etc.) et de définir les principales orientations techniques du projet.
Une deuxième phase de faisabilité technique a été menée lors du premier semestre de 2017. Elle a permis de définir le dimensionnement technique de la boucle locale optique à mettre en place dans la zone, tout en prenant en compte les interfaces avec les différents métiers de setec (mutualisations de certains locaux, planning de travaux de génie civil etc.). Cette phase a également abouti sur une définition d’un ensemble de services « Smart » à mettre en place, s’appuyant sur des réseaux bas débit LPWA pour l’IoT (Internet of Things).